Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

ALIOUNE MBAYE NDER, CHANTEUR (2005)

 nder-alioune-mbaye.jpg


« Non, je ne me considère pas comme une star... »

 

« Le Setsima Group a beaucoup progressé. On nous cite maintenant parmi les groupes professionnels au Sénégal. Mais, on a encore à progresser. C’est pourquoi on pousse à s’ouvrir et chercher à aller au-delà du Sénégal pour avoir plus de possibilités ».

Après dix ans de carrière en solo et presque autant de cassettes mises sur le marché musical, le chanteur Alioune Mbaye Nder dit garder la tête sur les épaules. « Comment me trouves-tu. Ai-je l’air d’être pris par la starmania ? », nous lance-t-il dès que la question de sa célébrité et de son succès fulgurant au milieu des années 90 est abordée. Venu cette après-midi à notre rédaction pour une petite visite avec son chargé de communication, Lamine Fall d’Africa Fête, Alioune Mbaye Nder a essayé de nous convaincre qu’à un moment de sa vie, on n’échappe pas aux rumeurs de la célébrité. Calomnieuses ou positives, soient-elles. « Je n’ai rien d’une star. Mes fans accèdent chez moi à n’importe quel moment », jure l’artiste prenant à témoin son accompagnateur.

À 37 ans, l’ancien pensionnaire du Lemzo Diamono Group est bien décidé à réussir son chemin, comme un grand. Présent en octobre dernier au Womex à Londres, il a rencontré des tourneurs, éditeurs et autres professionnels de la musique avec qui il dit avoir noué des contacts. De Londres, Nder a enchaîné par la suite avec une tournée qui l’a conduit, durant tout le mois d’octobre, dans des villes anglaises où il a animé plusieurs spectacles. Revenu depuis à Dakar, le chanteur s’apprête encore à retourner sous les projecteurs. Il sera ce 10 décembre à Cotonou, au Bénin, où il est nominé aux Awards de la Musique africaine. Puis il se rendra à Bamako, au Mali, où il est invité le 17 décembre à un concert par Salif Keïta. Le lead-vocal du Setsima Group sortira aussi, en début d’année 2006, son deuxième album Cd après « Pansement ». Composé de quatorze titres, cet album sera la continuité de sa dernière cassette « Courage » sortie en mai dernier. Alioune Mbaye Nder compte y chanter en duo avec plusieurs artistes dont le reggaeman Franky Paul.

Du côté du Sénégal, le leader du Setsima rassure les fans. Leur idole et son groupe seront en tournée dans les régions ce mois de décembre. Selon Alioune Mbaye Nder, il est difficile de faire des concerts dans les régions. Et, il manque de promoteur pour cela. D’où le choix de son orchestre d’animer pendant l’été les boîtes de nuits dakaroises et de rester ainsi en contact avec le public. Se souvenant de la faste période, entre 1997 et 1998, durant laquelle il a connu un succès fulgurant, Nder trouve que les gens n’ont plus cette habitude effrénée pour les boîtes de nuit. À cette époque, le chanteur remplissait le Thiossane Night Club et son agenda était plein trois mois à l’avance !

De cette période, Alioune Mbaye Nder garde en souvenir les nombreux cadeaux de ses admirateurs dont des voitures. Des cadeaux que l’artiste avoue n’avoir jamais gardés.

Concentré sur ses objectifs, il souhaite être un professionnel parfait dans la musique ; ainsi qu’un leader d’opinion et un artiste incontournable dans le milieu de la musique et du show-biz sénégalais. Sûr de ses ambitions, le chanteur dit avoir choisi de mener sa carrière à sa guise. Initiateur d’une cassette dédiée à feue Eva Mbaye et dont les recettes sont versées à la maman de l’animatrice, Alioune Mbaye Nder regrette que les produits ne soient plus achetés au Sénégal. « La piraterie nous tue ! », s’indigne l’auteur de « Mame Bamba ». Ce titre, exécuté dans sa récente cassette « Courage », est, selon lui, inscrit dans la logique des hommages qu’il rend aux chefs religieux de notre pays. Natif de Tivaouane, le lead-vocal de Setsima assume ses thèmes qu’il chante, sa polygamie et son look. Depuis le milieu des années 95, on ne l’aperçoit jamais sans sa casquette sur la tête et souvent sa chemise ouverte sur un tee-shirt. Excellent danseur, Nder aimerait aussi être un roi du mbalax. En riant, il nous fait un clin d’œil en émettant ce vœu. Blague ou sérieuse ambition ? L’avenir nous dira...

Par OMAR DIOUF

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : DAKAR CULTURES
  • DAKAR CULTURES
  • : musique africaine, mode, théâtre, littérature, danse, arts visuels, cinéma,etc.
  • Contact

Recherche