Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 23:02

NOVEMBRE - DECEMBRE à l'INSTITUT FRANCAIS de DAKAR

 

Afrobeat, Afrofunk et hip hop au Théâtre de Verdure

 

 

Tony Allen, le 30 novembre

Tony-Allen.jpg

Qu’est-ce que l’afrobeat ? C’est un déluge de notes, une version originale de ce qu’on nomme le panafricanisme. L’afrobeat, c’est tout autant une affaire de rythmes. En la matière, Allen fut celui par qui passa ce courant alternatif.

Il fut l’alter ego et l’ami de Fela, l’un des deux éléments constitutifs de cette alchimie propice à toutes les explosions. Sans Tony pas si sûr que l’afrobeat tint les mêmes cadences infernales. Il fut bien mieux qu’un excellent tambourin man dans le dispositif de l’Africa 70, il en fut le tambour majeur. Magique ! Inutile d’en faire des caisses, futile de jouer les gros bras, quand on a comme lui ce coup de rein funky, dense et naturel, ce petit rien qui fait toute la différence. Tout comme sa voix, enivrante et faussement nonchalante, sensuelle et déchirée. Dès qu il prend le micro, il met en jeu sa vie. Soixante ans passés dans les zones d’ombre plus que sous les feux de la rampe. Cela s’entend entre les lignes. Dans les formes, son drumming, à la fois touffu et minimal, s’est adapté aux sons actuels de l’ère électronique. Cette frappe sèche et lourde, terriblement funky, n’a jamais sonné aussi juste.

 

Groupe Missal,  le 4 décembre

Missal.jpg

Dans le paysage musical sénégalais, Misaal dénote à coup sûr ! Misaal, c’est l’histoire d’un groupe de jeunes de la Patte d’Oie qui, en 1988, décide de monter une formation. La suite de l’histoire, beaucoup la connaissent : douze années d’une carrière musicale intense marquée par des tournées en Europe et deux albums produits en 1995 et 1998.

Les appartenances ethniques des musiciens (wolof, toucouleur, peul, sérère, mandingue, bambara) donnent à leurs vibes autant de couleurs musicales et un style afro bien assumé. Misaal a l’art de marier ces rythmes wolof et mandingues aux harmonies funk, soul et folk. Pendant 7 ans, le groupe se sépare, et chacun poursuit une carrière solo marquée par de belles collaborations. En 2009, c’est donc avec une nouvelle maturité musicale que les musiciens consomment leurs retrouvailles en donnant naissance à un petit dernier, Kalama. De retour d’une tournée en France et en Italie, Misaal se lance dans une série de concerts avec son nouvel album dans le réseau culturel français au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.


10e édition Hip Hop Awards, le 9 décembre

Zaho.jpg

ZAHO


D’une soirée de remise de trophées aux meilleurs projets artistiques du mouvement Hip-Hop sénégalais lors des deux premières éditions, Hip- Hop Awards est passé au format festival international depuis 2003. Il est marqué par une ouverture toujours plus grande aux artistes du Nord tels que : Oxmo Puccino, Antilop Sa, La Fouine, Willy Denzey, Ste Strausz, Lord Kossity, Chrys et aux autres musiques : Tiken Jah, Asa, William Baldé, Espoir 2000, Ismaël Lo. Cette année, au programme des Hip Hop Awards : 

5kième UNDERGROUND : Porté sur le devant de la scène en 1999 grâce au tube Hip-Hop Pharmacopée issu de la compil D-Kill Rap, ce groupe issu de la médina sort, en 2009, l’album Yaag Bawoul Dara qui lui vaut le titre de meilleur groupe de Rap décerné par les auditeurs de la RFM, et une participation remarquée au Grand Bal de Bercy à l’invitation de Youssou Ndour.

 SIMON : C’est en 2007 que Simon entame sa carrière aux côtés du groupe Bis bi Clan. Depuis, il enchaine les titres et les trophées. En 2001, il remporte un véritable succès avec Balla, reprise originale du titre Diallo de Wycleef, en hommage au jeune étudiant sénégalais Balla Gaye tué par la police lors d’une manifestation.

ZAHO : Personne n’échappe au phénomène Zaho. Cet électron libre de la scène r&b cartonne avec Dima, un premier album de pop urbaine aux confl uences de la musique arabe et du hip-hop. Auteur, compositeur et interprète, Zaho cultive sa différence, et le revendique ! À Alger, elle commence la guitare à 7 ans, le chant à 10, puis découvre l’univers des studios à 18, alors que sa famille s’installe au Canada. Elle s’ouvre alors à de nouveaux mondes grâce à la musique, celle d’Idir comme celle de Tracy Chapman, et au rap français de Mc Solaar, ntm et iam. Inspirée par la truculente Missy Elliott, Zaho n’a rien à voir avec le r&b sans substance qui inonde les ondes. À bon entendeur

Partager cet article

Repost 0
Published by omardiouf
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : DAKAR CULTURES
  • DAKAR CULTURES
  • : musique africaine, mode, théâtre, littérature, danse, arts visuels, cinéma,etc.
  • Contact

Recherche